Un petit retour dans le temps très écolo!

                 Un viaje en el tiempo muy ecológico!

DSCN7538

 

La ville de Cholet a choisi ce moyen écologique et naturel pour tirer les rondins résultat de la taille réalisé tout le long de la Moine , dans le cadre de son aménagement…

La municipalidad de Cholet decidió usar este medio ecológico y natural para sacar los troncos, resultado de los cortes de árboles a lo largo del río Moine, en el marco de la restauración de los bordes del mismo…DSCN7542

DSCN7543

DSCN7548

DSCN7553

      Loulou est attiré par le jardin potager de M. du Coteau….

   Loulou (se pronuncia LULU) está atraído por el huerto del

                               señor del Coteau….

DSCN7556

                        Après avoir réfléchi un court instant…

                   Después de réflexionar un momentito…

DSCN7557

            Il se met à croquer la vigne de M.du Coteau…!!

           Se pone a comer la viña del señor del Coteau…!!

DSCN7558

Il faut dire que pour entretenir ces plus de 1.150 kilos…il en faut des vignes!!!!

Hay que decir que para mantener sus 1.150 kilos hay que comer muchas viñas!!!

DSCN7562

DSCN7563

DSCN7568

                         Vegas, le cheval foncé a  3 ans…

                    Vegas, el caballo oscuro, tiene  3 años…

DSCN7569

Le Syndicat intercommunal pour l’aménagement de la Moine a eu l’idée d’utiliser un cheval pour faire du débardage, près du pont du Carteron à Cholet. Lundi et mardi, Jean-François Lafon est donc assisté de Loulou, un Brabançon de 7 ans, pour transporter les aulnes abattus à partir du site de coupe jusqu’au parking du lycée de la Mode, d’où ils seront enlevés.

Malgré son imposante stature, Loulou fait tout en douceur et s’exécute docilement à la voix de son maître. « Il ne tasse pas les sols, il n’esquinte rien, contrairement à un tracteur-débardeur qui va faire des dégâts », explique Jean-François Lafon. Eddie Renou confirme : « Le choix du cheval s’inscrit dans une démarche de développement durable. »

Plus d’informations dans Ouest-France du 2 octobre.